C’est à l’occasion du Consumer Electronics Show (CES) qui se tenait cette semaine à Las Vegas que Toyota a annoncé qu’il allait offrir l’accès à plus de 5 000 secrets industriels. Ces milliers de brevets désormais disponibles ont notamment servi au développement de la Mirai, sa voiture à pile à combustible. Une initiative visant à accélérer le développement de cette nouvelle technologie à l’échelle mondiale.

« Toyota va autoriser l’usage sans licence de l’ensemble de ses 5 680 brevets sur les piles à combustible », a en effet déclaré Bob Carter, le vice-président de Toyota US, lors d’une conférence de presse à Las Vegas, où le géant japonais a d’ailleurs présenté sa berline à pile à hydrogène.

Une chose est sûre, l’hydrogène est une technologie prometteuse qui mérite d’être déployée. Contrairement aux piles au lithium, elle offre une plus grande autonomie ainsi qu’un ravitaillement extrêmement rapide (seulement trois à cinq minutes sont nécessaires pour un plein). Cependant, il existe bel et bien un obstacle à une commercialisation massive des autos dotées de cette technologie : le manque d’infrastructures de recharge. Ainsi, en offrant gratuitement l’accès à ses brevets jusqu’en 2020, le constructeur espère encourager les constructeurs et les équipementiers à œuvrer au déploiement de solutions pour la mise en place d’un réseau de stations de recharge.

La Mirai, qui a officiellement été dévoilée en novembre dernier, est d’ores et déjà commercialisée au Japon, où la forte demande a d’ailleurs amené le constructeur à augmenter sa production, et sera lancée cette année aux États-Unis.